• +33 (0)2 98 64 45 59
  • Standard ouvert Lun - Ven 09:00 - 19:00
L’entreprise passe des festivals à la retransmission des conseils municipaux
Mai 21

L’entreprise passe des festivals à la retransmission des conseils municipaux

En ce mois de mai 2020, avec le déconfinement, de nombreux conseils ont besoin de tenir des conseils municipaux publics. Une aubaine pour la société An Tour Tan Web Media, basée à Quimper, spécialisée dans la retransmission événements sur Internet, qui va pouvoir compenser, en partie, les annulations de festivals.

« Dans un premier temps, il y a eu beaucoup d’annulations. On a perdu environ 50 % de notre activité en mars, et 100 % en avril »

Avec le déconfinement, tout n’est pas rose, notamment du fait des annulations des festivals estivaux. Mais l’entreprise réussit à compenser avec d’autres opportunités, dont la tenue de réunions publiques d’institutions.

C’est notamment le cas pour les conseils municipaux, qui doivent, dans les 5 000 communes où le premier tour a suffi à trancher, se réunir pour désigner le ou la maire. « En matière de résultats, ça ne remplace pas les spectacles annulés, mais ce n’est pas si grave, car nous avons aussi des “non-dépenses”. »

En d’autres termes, retransmettre un conseil municipal avec une régie professionnelle rapporte moins que de travailler sur un grand événement culturel, mais coûte moins. D’autant que l’entreprise fonctionne principalement avec des intermittents du spectacle. Un statut précaire, que Nicolas Gonidec justifie du fait de la nature de l’activité. « Certains soirs, on a deux ou trois, voire quatre événements en même temps, et d’autres semaines, c’est plus calme. » Les permanents sont donc peu nombreux. « Sinon, parfois on les paierait à ne rien faire, et parfois ils ne seraient pas assez. »

Dans ces clients, on compte la Ville de Brest (depuis plus d’un an), mais aussi celle d’Ergué-Gabéric, le Groupe Hospitalier Bretagne Sud de Lorient et de Vannes, la mairie de Vitré, le conseil général du Finistère, etc. Mais aussi la chambre des métiers d’Alsace, par exemple. « On travaille dans toute la France, mais on sait faire du local. »

Pour certaines prestations, une équipe se déplace pour couvrir l’événement, tandis que pour d’autres, cela se fait à distance. « Ça dépend des cas de figure », note le président.

Malgré ce bouleversement du calendrier, ce dernier reste optimiste pour la suite, et vante la capacité de son entreprise à s’adapter. « Je ne sais pas ce qu’on fait deux mois plus tard, mais on s’adapte toujours », affirme-t-il.

Style Selector

Layout Style

Predefined Colors

Background Image